Narratives of change version bêta

Revue d’écriture numérique du changement écologique

Le boulevard, comme lieu de l’entre-deux attire non seulement les migrants, mais aussi tous ceux dont l’identité est constituée de différence. Les lieux frontaliers sont d’ailleurs souvent associés à des lieux en marge, voire de la marginalité. Certains habitants font ce lien, de même que la littérature évoquant Saint-Laurent. Cet espace de la marge est peut-être aussi lié à la présence de nombreux interstices urbains le long du boulevard. Espaces résiduels non bâtis de l’aménagement urbain, ces derniers prennent surtout la forme de terrains vacants, accueillant parfois des parcs de stationnement, d’autres de terrains vides. Les alentours du viaduc Van Horne sont souvent évoqués pour souligner la présence d’interstices peu appropriés. Enfin, cette marginalité a toute sa place notamment la nuit, où le boulevard Saint-Laurent attire, grâce au Red Light à une certaine époque, aujourd’hui grâce à ses boites de nuit et ses bars.