Narratives of change version bêta

Revue d’écriture numérique du changement écologique

Le boulevard Saint-Laurent, même s’il se caractérise aujourd’hui par sa diversité de commerces, comme le souligne une campagne de publicité de la rue qui montre que l’on peut trouver tout et son contraire : « La Main, c’est le jour & la nuit » (« clubs sociaux vs clubs disco » ou encore « cherry coke vs cherry martini »), a pendant longtemps été connu pour ses restaurants et magasins de nourriture propres aux différentes vagues d’immigration qui venaient s’y s’installer. Aujourd’hui encore, la rue conserve quelques institutions et les récits sont imprégnés de l’expérience multisensorielle des senteurs et saveurs de la Main. Le « manger le monde » ou le « manger européen » qui se développe dans les années 1940-1950 est volontiers rattaché par les habitants au boulevard Saint-Laurent et à ses environs : le cosmopolitisme de bouche reste prégnant dans les représentations et s’impose comme l’une des particularités de la rue, tout en se transformant pour répondre aux demandes des nouveaux résidents des alentours.