Narratives of change version bêta

Revue d’écriture numérique du changement écologique

L’homme indique qu’il existe une histoire parallèle à celle de la préservation d’un territoire de nature : l’histoire des populations qui sont contraintes de réduire leur activité agro-pastorale en un espace où, depuis cinquante ans, l’impératif de sauvegarde des éléments non-humains qui le composent l’emporte sur la nécessité de leur exploitation. Cet état de fait repose sur une représentation occidentale raciste de l’environnement, représentation selon laquelle là où l’Européen façonne son milieu, l’Africain, lui, le détériore. Aussi, les populations locales sont sans cesse criminalisées. Leurs pratiques agricoles et pastorales sont sanctionnées par des amendes, la chasse du walya ibex devenue braconnage est sanctionnée de peine de prison et, sans cesse, les autorités nationales tentent de les déplacer hors du parc. Cependant, les populations résistent symboliquement et physiquement à ces normes. À la chute du derg en 1991, certains vont jusqu’à brûler les locaux du parc et tuer plusieurs dizaines de walya ibex.